15/02/2009

Petite anecdote spirituelle...!!!

Il y a quelques jours, je parcours les blogs, et avec surprise, je découvre un nouveau blog...celui-ci, flambant neuf, annonce une activité à l'Institut tibétain Nalanda (Insititut tibétain de Bruxelles), je me dis, tiens...pourquoi pas aller à cette conférence proposée par l'institut, Pierre de Bethune, moine bénédictin de l'abbaye de Clerlande parlera de "qu'est-ce que le bouddhisme peut nous apporter ?".

J'arrive à l'adresse, avec...je l'avais un peu prémédité, je vous l'avoue, deux euros trente en poche...mais après tout je suis dans un milieu spirituel...

Comité d'acceuil, juste après la porte : "bonjour Monsieur, vous faites partie de l'institut ?", "Non !"  "Cela fera 7,5 euros !"

Sur ce, je réponds le plus simplement du monde que je n'ai pas assez, je tourne les talons et je sors, pour rentrer gentiment chez moi...

Je dois bien vous l'avouer, je suis un grand naïf !

Mais bon, ce dimanche 15 février 2009, le bouddhisme ne m'a rien apporter !

Sur cet épisode, je ne ferai aucun commentaire...si ce n'est que comme j'entendais récemment Matthieu Ricard répondre à une auditrice qui lui demandait, quel genre de phrase répétez-vous dans vos mandalas, lors de vos méditations ? Et il répondit, je répète la phrase : "je n'ai rien besoin!"

 

18:23 Écrit par Henri dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2009

ANGOISSE...!

L' 'angoisse est une drogue qui entrave la compassion.

DSCN6824

L'angoisse semble être un problème crucial de notre époque. Peut-être est-ce dû à la nature de notre civilisation très avancée ? Peut-être est-ce la mesure de notre dégénérescence spirituelle ? Quelle qu'en soit la source, il est clair que l'angoisse est inutile. C'est un cancer des émotions. Elle dévore le corps et l'esprit.

Il n'est pas bon de dire : " N'y pensons pas. " Nous ne faisons qu'accentuer l'angoisse. Il est de loin préférable de continuer notre chemin, en changeant ce que nous pouvons. Le reste doit être dissous dans la compassion. Dans ce monde où des enfants naissent avec des déficiences immunitaires, ce monde de l'injustice raciale, des déséquilibres économiques, de la violence individuelle et des conflits internationaux, il est impossible de s'occuper de tout le monde.

Prendre soin de nous-mêmes et oeuvrer pour le bien de ceux que nous rencontrons est suffisant. C'est cela, la compassion, et nous devons l'exercer même sous le poids d'inégalités écrasantes.

Lorsqu'un problème se présente à vous, prenez-le en charge si cela est en votre pouvoir. Après avoir agi, retirez-vous et ne soyez plus concerné. Eloignez-vous sans même en parler à quiconque. Alors il n'y a pas d'angoisse, parce qu'il y a eu action.

Etre dans la justesse de la perception du physique en harmonie avec son esprit, n'est-ce pas une bonne gestion de l'angoisse...?

16:56 Écrit par Henri dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2009

Ubiquité !

dscn7048

Le Tao est partout.

Il suffit d'être sincère.

Le Tao a son origine en Chine et fut une expression de la culture chinoise.

Il était intimement lié à une vision agraire et poétique du monde et sut souder ensemble mysticisme et pragmatisme. Mais aujourd'hui, la plupart d'entre nous, même en Chine, ne comprennent pas l'écriture ancienne. Notre agriculture est mécanisée. Notre poésie est écrite sur des ordinateurs. Cela rend-il le Tao sans valeur ? Non, ce n'est pas le cas. Le Tao est toujours là, et si nous voulons suivre le Tao, nous devons nous en remettre non pas à des modèles anciens mais à l'expérience directe. Pour être intéressés les esprits contemporains ont besoin de concepts contemporains.

Si être adepte du Tao est aussi élevé que le clament les maîtres, il doit donc s'appliquer à n'importe quelle situation et n'importe quelle race. Aucune époque, aucun lien, aucune culture ne devrait être un obstacle pour le chercheur sincère. Le Tao nous entoure, nous avons seulement besoin de direction et de compréhension pour entrer en contact avec lui.

Le Tao n'est pas quelque chose d'ésotérique. Il est ici même. Les maîtres font allusion en permanence à ce fait. Pour eux, toute chose, toute action - de lire les écritures à jouer la comédie, de la méditation au balayage du sol - est le Tao. Ils comprennent que le Tao est partout et agissent en conséquence. Si des maîtres connaissent encore le Tao dans ce monde d'avions à réaction et de communication électronique, alors nous pouvons nous aussi absorber le message essentiel du Tao. Ceux qui y réussissent peuvent ne jamais en parler, et cependant tout ce qu'ils font sera spontanément en synchronicité avec le Tao.

(extrait du livre : "Le tao au jour le jour" de Deng Ming-Dao - Albin Michel - 1992)

21:29 Écrit par Henri dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |